Interface-Z
Interface-Z

Ateliers thématiques

Ateliers Mal au Pixel du 19 au 22 avril 2006 - Ars Longa, 67 avenue Parmentier, Paris

 

I - Résumé

Ateliers
les 19, 20, 21 et 22 avril, de 13 à 17h
Ars Longa, 67 avenue Parmentier, Paris

Ateliers animés par Francis Bras et Sandrine Chiri, cofondateurs d'Interface-Z. Ils partageront leur savoir-faire sur le choix d'un système de captation selon le contexte et sur sa mise en œuvre tout au long des cinq demi-journées.
Chaque séance est thématique et consacrée à un type précis de capteurs, pour en permettre l'exploration poussée. Les propriétés, qualités et défauts, de chaque capteur seront montrées, expérimentées et analysées. Les traitements possibles pour compenser les défauts seront détaillés. Les applications variées de ces capteurs et leurs détournements possibles seront explorés lors de démonstrations ou par des exemples d'installations ou de performances.
Les participants sont invités à venir avec leur propre matière sonore, visuelle, mécanique et informatique.

Mercredi : Boutons et Potentiomètres classiques et atypiques

Ces capteurs mécaniques sont en apparence les plus simples mais ils représentent l'essence même des notions de déclenchement d'événement, d'état actif/inactif ou de variation continue d'un paramètre.
Utilisés comme outils de simulation en phase de tests, ils remplacent tous les autres capteurs sans en avoir les défauts. En tant que capteurs mêmes, ils peuvent être utilisés en alternative à des captations plus complexes ou moins fiables grâce à la diversité de leurs adaptations. En effet ces capteurs sont autant créés selon les besoins qu'utilisés dans leurs fonctions d'origine.
Comme exemple d'application, le sol sera transformé en interrupteur puis en potentiomètre géant. Les participants apprendront aussi à réaliser leurs propres montages.

Jeudi : Captation de la lumière, du pixel unique aux pixels multiples
Les capteurs d'intensité lumineuse (LDR) existent en diverses formes et sensibilités. A l'aide d'un certain nombre d'expériences effectuées sur la lumière, sur les différents types d'éclairages ainsi que sur les parasitages, les participants pourront mieux saisir les contraintes spécifiques à la mise en œuvre de capteurs optiques, que ce soient des LDR ou des caméras.
Les participants apprendront à choisir un capteur de lumière et son optique en fonction de leur projet, à régler ce capteur, à choisir l'éclairage associé et à traiter les données, en bref à construire une captation fonctionnelle. Quelques exemples précis d'utilisation de camera seront aussi décrits, en particulier en infra-rouge.

Vendredi : Capteurs de distance et de position
Certains capteurs sont d'origine des détecteurs de distance, comme les télémètres à ultrason et les proximètres à infra-rouge, d'autres donnent des informations transformables en distance comme le tapis sensitif ou les barrières lumineuses. Ces derniers ayant déjà été abordés les jours précédents, l'accent sera mis sur les caractéristiques des télémètres et proximètres. De nombreuses expériences permettront de détailler à la fois les contraintes d'utilisation et la diversité des usages possibles une fois que ces contraintes sont assimilées. Une grande part du temps sera dédiée aux notions de traitements des données issues de ces capteurs et de programmation par machine à état.

Samedi : Capteurs embarqués
Les capteurs dits embarqués sont portés sur le corps par un danseur/performeur/comédien. Nous aborderons plus particulièrement les accéléromètres et inclinomètres, les capteurs de pression, de flexion et leurs dérivés. Les participants apprendront à régler et positionner les capteurs en fonction des mouvements qu'ils souhaitent analyser. Les problématiques de fixation des capteurs, de longévité et de fragilité des modules sensibles, d'autonomie énergétique et de contraintes en répétitions seront discutées.
Les nombreuses utilisations non embarquées de ces capteurs seront aussi détaillées : équipement d'un lieu, création d'instruments, transformation d'objets.